L’histoire du mythe

L’histoire d’amour entre Orphée et Eurydice est l’une des plus célèbres de la mythologie grecque.

Fils du roi de Thrace Oeagre et de la muse Calliope, Orphée est comblé dès la naissance par Apollon de dons pour la musique. Celui-ci lui offre aussi une lyre à neufs cordes. Grâce à ses dons, Orphée charme les animaux ainsi que la nature, la forêt…

Orphée chrmant les animaux

Orphée charmant les animaux par Virgile Solis, 1563

Au cours d’une longue expédition auprès des Argonautes, il réussit à détourner les sirènes grâce à son chant. A son retour en Thrace, il tombe follement amoureux d’Eurydice, une dryade qu’il épouse très peu de temps après leur rencontre. Malheureusement, lors du mariage Eurydice se fait mordre par un serpent et meurt presque instantanément ce qui laisse Orphée dans une inconsolable tristesse.

Paysage avec Orphée et Eurydice par Nicolas Poussin - détail, 1648

Il décide alors de descendre aux enfers pour ramener son épouse à la vie. Encore une fois grâce à sa lyre et son chant, Orphée endort Cerbère le monstrueux chien à trois têtes qui garde l’entrée des enfers et réussit à approcher Hadès.

Orphée devant Pluton et Proserpine par Jean-François Perrier, 1647

Ce dernier, charmé par la musique du jeune homme décide de le laisser partir avec sa bien-aimée à la condition qu’il ne se retourne ou ne lui parle pas avant qu’ils ne soient sorti tout deux des enfers.

Orphée ramenant Eurydice des enfers par Jean-Baptiste Corot, 1861

Pourtant, au moment de sortir, Orphée inquiet du silence d’Eurydice se retourne et celle-ci lui est enlevée à jamais.

Orphée perd Eurydice, d'après Elsie Russell, 1994

Il existe plusieurs fins au mythe d’Orphée dont celle-ci, la plus connue :

Après avoir perdu sa femme, Orphée décide de fuir les hommes pour vivre parmi les animaux. Ces derniers sont attirés par les chants plaintifs que le jeune poète chante en hommage aux Dieux et à Eurydice. Les bacchantes, femmes des alentours, essayent pourtant de le séduire mais irritées par ses dédains, elles le mettent en pièce et le jette dans le fleuve Hébros.

Orphée lapidé par les Ménades, anonyme

Les muses recueillent les membres d’Orphée après sa mort. On raconte que sa tête chante encore.

Orphée par Jean Delville,1893

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s